0 Un Ours de Toulouse champion du Brésil !

Qui es-tu ?

Tiago Siqueira, LB/SS, 17 ans. Je vis actuellement à São Paulo (Brésil), ma ville natale que j'ai quitté à mes 8 ans pour aller vivre à Toulouse. Après avoir vécu en France pendant 7 ans, je suis revenu au Brésil au début de l'année dernière.


Tu es champion du Brésil en étant passé par les Ours de Toulouse, explique-nous !

Le sport a toujours été important dans ma vie.
A 12 ans, j'ai découvert le Foot US à la TV et je suis allé tout de suite me chercher une équipe à proximité : les Ours de Toulouse. J'y ai joué pendant 3 saisons. En minime 2 années, si je me souviens bien, on a perdu tous les matchs pour ma première saison. Et en cadet 1 an, où j'ai pu participer au Junior Bowl avec l'équipe LAFA du Sud-Ouest. Juste après ce tournoi, j'ai du retourner vivre au Brésil. Ici, j’ai simplement cherché sur Internet et j'ai trouvé : Corinthians Steamrollers.

Je suis maintenant dans ma deuxième saison. Ma première moitié de saison rookie a été limitée à l'entraînement car avec mes 15 ans je ne pouvais pas jouer (les équipes d'ici n'ont pas de section junior). Après avoir complété mes 16 ans, j'ai pu continuer mon parcours qui m'a amené à nos deux titres : celui de l'État de São Paulo et le Championnat National ainsi que mon titre personnel de « meilleur joueur défensif de l'année » dans mon équipe.

On a l’impression que le foot us brésilien est en pleine explosion, est-ce vrai ? D’où vient cet engouement ?

Oui, cette impression est réelle. Cela fait seulement 2 ans qu'ils pratiquent le Football avec tout l'équipement et nous en somme déjà à accueillir des américains dans nos équipes et à avoir nos matchs importants retransmis sur ESPN Brasil. L’engouement médiatique est incontestable avec des répercussions sur toutes les chaînes de TV et journaux.

Tout cela vient aussi de la passion et l’attachement des brésiliens pour leurs clubs. C’est vrai au soccer mais aussi pour toutes les autres disciplines des clubs. La puissance marketing des clubs et leur volonté de diversification dans d’autres sports permet aussi cela (cette année le Corinthian a gagné le championnat brésilien dans les deux footballs).



Beaucoup de monde en tribune pour la finale 2011 et un trophée
de champion remis par l'ex-président LULA

Quel sont les moyens des clubs et des fédérations régionales ?

Les clubs ont des revenus qui varient énormément. Certains peuvent se permettre de payer des joueurs étrangers (surtout américains), d'autres ne peuvent même pas payer les équipements. Les fédérations régionales vivent des revenus des championnats qu'elles organisent : les équipes payent pour y participer.

Qu’elle différence entre les deux grandes ligues nationales : LBFA et Torneio Touchdown ?

Ces deux ligues sont le résultat de la précocité du Football ici. L’instabilité des relations entre les ligues et les équipes pousse certains mécontents à aller former leur propre ligue.
Il existe d'autres ligues (moins connues) situées au nord du pays car le Brésil est un immense pays.

Quel est le niveau sportif ?

Je vois deux grandes différences entre le Football pratiqué au Brésil et celui en France. Ici, il y a encore beaucoup trop de fautes dues au manque d'expérience des joueurs. Mais c’est surtout dans le style de jeu : en attaque les équipes sont trop dépendantes du jeu de course et en défense les équipes tendent de jouer des formations, comme la cover 2, qui ne sont pas adaptées à ce style couru.

Parle-nous de ton club. Les clubs sont-ils tous des sections des clubs de soccer ?

Mon club est, comme le Barça, un énorme club omnisports sponsorisé par NIKE. On y trouve des sports connus mais aussi des sports plus « étranges » : le deltaplane ou bien la course de camions ! ! !

« O TIMÃO » (c’est le nom donné au Corinthians par ses 30 millions de supporters) est le club du « peuple » ici au Brésil. Grâce à lui, nous avons tout le nécessaire pour exister comme les équipements, le stade, la salle de musculation, de la physiothérapie si besoin et aussi le transport et l'hôtel pour les matchs away. Nous avons aussi la politique de ne payer aucun joueur (américains compris) jusqu'à que ce soit possible de nous payer tous.

L'année dernière beaucoup d'équipes, déjà existantes, se sont affiliées aux équipes de soccer. Ils restent toutefois des équipes qui n'ont pas de club et sont aussi très performantes, voire même meilleures, que certaines affiliés aux équipes de soccer.

C’est comment le Brésil ?

Pour le moment, j’ai l’avantage d’être toujours au lycée. Du coup je mixte ma vie entre les cours le matin et le club l’après-midi pour m'entraîner ou me soigner dans le département médical.

Au Brésil, et dans ma ville de São Paulo en particulier, la vie est forcement plus agréable qu’en France au niveau des rapports entre les gens. Ici, les personnes sont moins froides à l'image de la température :-)

Le seul mauvais coté pour moi c’est les distances. Ma ville est une métropole et les trajets sont énormes pour aller retrouver mes amis ou mes coéquipiers (rien à voir avec Toulouse !)



Les derniers try-outs de l'équipe du Brésil

Tu joues avec l'équipe nationale, c'est cela ?

Ce week-end, j’ai participé à des try-outs de l'équipe du Brésil. Depuis l'année dernière l'équipe nationale a commencé un cycle pour constituer un collectif à échéance de 3 ou 4 ans. Je ne connais pas encore la finalité ; peut-être un mondial ? Pour l'instant nous savons que nous allons faire des entraînements réguliers. Prochain rendez-vous contre le Chili, le 21 janvier 2012.

Quelques choses à ajouter ?

Je veux remercier tous les coachs et coéquipiers que j'ai eu durant toutes ces années, mes parents pour me soutenir dans cette dure vie de joueur et souhaiter un bon FOOTBALL à tous ceux qui partagent ce sport !

Interview de Belette

«Bonnes fêtes à tous ! »

0 commentaires:

DONNEZ VOTRE AVIS !