0 Le bâton pour se faire battre

Tigres de Nyiregyhaza , vainqueurs de la CEI

J’avais prévu de vous faire un petit topo sur la finale de la CEI Cup qui a eu lieu ce week-end, mais avec les événements récents (guerre IFAF-EFAF) mon papier prend un tout autre relief. Si les anti-EFAF du moment cherchent un argument de plus pour alimenter leurs critiques, avec la CEI, ils tiennent un sujet en or. J’avais déjà poussé un petit coup de gueule en début de saison (voir article) mais là, ca se confirme.

Au fond, c’était quoi la CEI au départ ? L’idée qu’il fallait faire quelque chose pour tous ces pays de l’Est qui souhaitaient participer à une compétition européenne à leur mesure : sans se faire tailler (s’étaient des pays émergeants dans la discipline) et sans faire des distances ruineuses. Il fallait aussi répondre à la concurrence d’une autre ligue, non affiliée à l’EFAF, qui débauchait les équipes de l’Est à la vitesse grand V (pas moins de 8 clubs de 6 pays différents s’étaient inscrits en CEFL 2008 : voir article).

Une compétition chaperonnée par l’EFAF qui débute en 2009 sous le nom de Challenge Cup, avec 8 clubs de 4 pays (Italie, Serbie, Hongrie, Pologne). Un an plus tard, c’est l’heure de gloire : pas moins de 12 clubs de 6 pays s’inscrivent (Italie, Serbie, Hongrie, Turquie et Croatie). Une rubrique entière lui est dédiée sur le site de l’Eurobow avec articles, calendrier, scores et classement. Tout le monde y croit et se félicite, l’avenir du foot us à l’Est est sur de bons rails…

Mais voilà, l’EFAF retombe dans ses travers… et en 2011 : pchiiiiiiit ! Plus de nouvelles ! On cherche désespérément des infos sur le site de l’EFAF, mais rien ! Les scores et les classements restent figés sur ceux de 2010 ! !  Il faut faire les détectives privés sur les sites étrangers pour découvrir qu’il y a bien une compétition mais qu’elle a changé de nom pour devenir la CEI (Centrale-eastern Europe Inteleague) avec seulement 6 équipes de 3 pays. Aucune promo, aucune photo, encore moins de vidéos, de la part de l’EFAF… circulez, il n’y a plus rien à voir ! Le jour et la nuit par rapport à ce que fait la petite CEFL en termes de communication.

On pourrait faire le même constat avec l’autre compétition de l’EFAF, lancée aussi en 2008 : l’Atlantic Cup. Une compétition qui, elle aussi, est devenue un fantôme dont on ne trouve des informations officielles nulle part sinon quelques messages furtifs sur les facebook et les sites des clubs participants. La communication de l’EFAF dans toute sa splendeur ! Si vous cherchez un début de réponse sur le pourquoi d’une fronde et le ras le bol de certains pays, vous êtes servis.

Tout cela pour vous dire que la CEI a bien eu lieu cette année au fin fond de la Hongrie, ne réunissant que 5 clubs (dont 3 hongrois) et que se sont les Tigres de Nyiregyhaza (Hongrie) qui gagnent le trophée face aux Monachs de Bratislava (Slovaquie) 25 à 20. Ils succèdent aux Sharks de Győr (Hongrie), vainqueurs l’an passé. Mais j’ai bien peur qu’ils n’aient pas de successeurs. Je vous le dit comme je le pense ; je crois que le glas a sonné pour l’EFAF avec son incapacité à offrir de vrais championnats de club dignes d’intérêt, qui remplissent les tribunes (une petite pensée pour Grenoble qui se voit refuser une ½ à domicile avec du public en prévision pour un match dans un stade presque vide au Danemark) mais surtout des compétitions qui offrent un minimum de couverture médiatique, par respect pour les clubs qui y participent. L’article publié hier sur le site de l’EFAF (alors que la finale a eu lieu dimanche) est un aveu patent de la politique de communication actuelle. Robert Huber a mis beaucoup moins de temps pour faire publier une réponse sur le site de l’EFAF à la création de l’IFAF Europe. On voit où sont les priorités…

Belette

0 commentaires:

DONNEZ VOTRE AVIS !