1 Un français entraine une équipe chinoise.


On te connait sur Elitefoot mais rappelle ton long parcours pour ceux qui ont raté un épisode ?

Christophe Bigot. J’ai débuté le foot us en 1982 avec les Panthères Jaunes de Nantes, 1er club de province grâce à l’impulsion de Laurent Plegelatte (fondateur de la FFFA). En 1984, je participe en tant que RB à la 1ere équipe de France au championnat d’Europe à Castelgiorgio. Puis à la 2ième édition à Milan au stade Vigolrelli. Nous créons les Drakkars de Nantes et participons à la 1ere division pendant un moment. Ensuite je monte le club des kelted dans le Finistère puis je m’expatrie aux USA en 2002. J’entraîne Santa Monica et Hollywood au niveau High School et je continue à jouer dans une ligue semi-pro aux All Americans de Los Angeles (AFL2), capitaine d’équipe en 2006. J’arrête de jouer à 44 ans.

Tu es actuellement en Chine pour quelle raison ?

En février 2008, j’arrive en Chine en tant que dirigeant Asie d’un groupe international de transport. Je tente depuis mon arrivée de monter une structure et je participe depuis 2 ans au championnat Flag de la NFL CHINA avec 16 équipes universitaires de Shanghai.
J’entraîne l’Université Médicale de Shanghai et terminons 3ième national en 2010.

On apprend que tu as participé au premier match de foot us équipé chinois. Est-ce exact ? Raconte !

En septembre 2011, j’entraîne l’unique équipe de Shanghai ; les Nighthawks pour affronter les Guardians de Pékin le 27 novembre 2011, journée de la NFL Expérience avec Tony Dorsett en Guest Star. Nous gagnons 35-7 contre Pékin.

Nous structurons une 2ième équipe ; les Shanghai Warriors pour débuter une ligue en avril/mai 2012.

Les Pékin Guardians comme les Shanghai Nighthawks ont un effectif de 40/50 joueurs avec moitié joueurs chinois moitié joueurs étrangers. Les étrangers peuvent être des ABC (Americans Born Chinese) qui reviennent en Chine après des études aux USA par exemple. Chez les étrangers, on croise des américains, des canadiens en mal de foot mais aussi des Latino-américains, des européens : allemands, français... Pour les ricains, arriver sur le terrain et se faire coacher par un "frenchy" provoque toujours un moment de surprise... mais, très vite, ça passe... lol


Evidemment, on s’attendait à ce que le foot us débarque dans ce pays en pleine expansion, malgré tout on a beaucoup attendu. Pourquoi ce retard ?

Il y a beaucoup de raisons pour expliquer ce retard. Sans en connaître les proportions exactes, on distingue :

- le côté ancestral anti-américain. Les Chinois ont combattu tout ce qui venait de l’Amérique. Le base-ball est anecdotique pour le moment. Le basket est devenu maintenant populaire seulement parce que les Chinois peuvent s’identifier à une star qui a percé en NBA. En plus, il est facile d’avoir des terrains de basket partout sans trop d investissements.

- un blocage qui vient aussi du fait que la presse et la TV sont sous contrôle donc pas de sports US sauf le basket.

- les jeunes chinois, sans doute à cause de la politique de l’enfant unique, sont poussés par les parents et les grands-parents à réussir dans une bonne carrière pour subvenir aux besoins de la famille (2 parents + 4 grands-parents, le plus souvent). L’enfant est donc choyé, dorloté et conditionné à faire beaucoup d’activités jusqu’environ 21 ans, pas de temps libres. Tout est pour les études ou les activités à fort potentiel : tennis, piano, golf etc... Vous imaginez qu’un sport de contact, avec des "bobos" prévisibles, effraye les parents et il faut bien dire, certains jeunes chinois aussi.

Que sais-tu du foot us de là-bas et de son développement ? Penses-tu que cela marchera ?

La Chine est l’avenir du foot us... oui, cela va marcher.
La NFL l’a compris et investit sur ce marché au potentiel énorme. Les cibles en terme d’audience ou de merchandising se chiffrent en millions de personnes !

Les points forts des chinois dans ce sport ?

Niveau athlétique et il y a un très grand potentiel. Penser que les Chinois sont tous petits et frêles est évidemment une idée fausse. Nous savons à quoi nous en tenir sur ce sujet, en voyant les performances des Japonais et des Coréens.

Ce potentiel de développement vient aussi du fait que les Chinois sont des gens pressés : ils font tout à une vitesse démente. Jugez vous-même :
- sept 2011 : création du club à Shanghai,
- nov 2011 : 1er match en Chine. Depuis on dénombre 4 clubs en formation à Pékin,
- en avril 2012 : la NFL s’y intéresse et naissance d’une première ligue avec mini championnat.

En septembre 2012, je parie que nous aurons minimum 4 clubs à Shanghai et 4 à Pékin.

Les Chinois veulent tout et très vite. C’est une véritable course à la réussite à tous les niveaux. C’est la vraie force de la Chine. Ils mettent le paquet quand ils veulent réussir. Le décollage du foot us en Chine se fera réellement lorsqu un joueur chinois éclora au niveau NFL. Et comme la NFL veut voir la Chine dans son marché, je parierai mon billet de 100 rmbs [yuan renminbi, en chinois "yuan monnaie du peuple", abrégé en "RMB"] qu’un chinois sera sous les feux de la rampe des projecteurs NFL sous peu.

Au chapitre potentiel, la chine possède plus de 250 villes de + de 1 million d’habitants. N’oublions pas que la NFL est avant tout une entreprise, si elle lorgne sur la Chine c’est un signe !


Parle-nous de Shanghai ! Est-ce une ville différente des autres en Chine ? C’est quoi les bons et mauvais côté de la vie dans cette mégapole d’Asie ?

Shanghai est une ville chinoise totalement à part : la ville du business international. Une ville qui attise les convoitises et les jalousies de ses rivales. La Chine est un grand pays, mais avec des rivalités au niveau des régions et des villes. Quand Shanghai gagne contre Pékin, c’est toute la ville de Shanghai qui exulte. Le sentiment nationaliste chinois débute par sa ville, sa province puis son ethnie.

Shanghai, avec ses nombreux étrangers, est un peu à part. En foot us, les équipes de Shanghai resteront mixtes (chinois / étrangers), mais probablement aussi avec des équipes entièrement composées de "légionnaires" étrangers. Je ne leur souhaite pas car sans joueurs chinois, point de salut auprès du public.

Au niveau "discipline" sur le terrain, cela risque d’être sportif. Si les Chinois freinent leurs expressions dans la rue (j ai envie de dire se "brident" même) dés qu ils peuvent s’ exprimer physiquement, ils partent un peu en live... Les matchs de soccer ou de basket nous offrent de jolis accrochages (qui freinent le sponsoring sportif car les entreprises ne désirent pas véhiculer une image de sport avec bagarres).

Niveau difficultés à Shanghai, on manque de terrains pour s’entraîner. Nous devons louer un terrain d’environ 700 rmbs pour 2 heures (80 euros) ce qui paraît peu mais en même temps fait beaucoup en Chine. De plus, pour se faire connaître, une mégapole n’est pas "easy" à connecter. Les gens à Shanghai sont là pour faire du business le plus vite possible... comme des étoiles filantes ... 2 à 3 ans ici et zou ! Pas facile à accrocher puis fidéliser.

Merci pour toutes ces infos. Tu continues à nous tenir au courant sur le développement du foot us chinois.

Interview de Belette

1 commentaire:

  1. Bonjour,

    Je pars vivre en Chine à Shangai, pourriez-vous me donner le contact de Christophe Bigot svp ?

    RépondreSupprimer